L’univers de Sarah Clotuche évoque un monde lointain dont ses céramiques se feraient l’écho des mythes ancestraux.

La frontière entre l’objet utilitaire et la sculpture s’estompe, le merveilleux habite le quotidien.

Êtres mi-humains mi-animaux émergent du monde du rêve ou de l’enfance, comme si Alice débarquait en terres exotique.

Les créatures de Sarah sont modelées dans un grès roux ou blanc aux engobes patinés qui laisse supposer le passage du temps.